Leçons de la crise en Californie

Les dirigeants français et européens doivent tirer les leçons de la crise qui vient de frapper la Californie.

Au regard des importantes pannes de courant que la Californie a connues cet été, les dirigeants français et européens doivent tirer les leçons d’une approche qui, faite sans discernement, ne fait que fragiliser les systèmes électriques et donc la sécurité d’alimentation électrique des citoyens. A l’heure du réchauffement climatique, c’est aussi au nouveau Président du Directoire de RTE, nommé cet été, que l’Alliance CFE UNSA Énergies demande d’en faire sa priorité !

Cet été, la Californie a connu une « tempête de chaleur » qui a poussé la demande d’électricité à des niveaux records auxquels la production électrique issue d’énergies renouvelables (EnR) et des importations des États voisins n’a pas pu répondre. Faute de moyens pilotables suffisants, la Californie a subi d’importantes ruptures d’alimentation électrique.

L’Alliance CFE UNSA Énergies voit dans cette crise la démonstration que seul un système électrique diversifié disposant de moyens pilotables de production électrique bas carbone est en capacité d’assurer la sécurité d’alimentation électrique. Et à en croire un récent rapport de l’armée américaine, le cas californien serait un avant-goût de ce qui pourrait se produire dans le futur, les États-Unis risquant de faire face, d’ici 20 ans, à de véritables risques d’effondrement du réseau électrique. L’anticipation et la résilience climatique sont donc vitales pour le système électrique.

A défaut de solutions économiques de stockage d’électricité à plusieurs échelles de temps et répondant aux critères de développement durable, le mix électrique contenant une part importante de moyens de production pilotable est absolument indispensable. Cette crise rappelant aussi celle qui avait déjà plongé la Californie dans le noir dans les années 1990, suite à une libéralisation du marché de l’électricité à marche forcée.

Puisque les vagues libérales, puis vertes, ont depuis 30 ans submergé la sécurité électrique des californiens, les décideurs doivent éviter cette déferlante en France et en Europe en gardant à l’esprit que la sécurité d’alimentation du bien essentiel qu’est l’électricité repose davantage sur une régulation forte du secteur, l’investissement anticipé dans les infrastructures et la diversité du mix électrique, le tout à un coût raisonnable pour l’économie et les citoyens.

Aux États-Unis, les démocrates en tirent déjà les leçons puisqu’ils viennent de reconnaître l’importance de disposer, sans exception, de toutes les solutions bas carbone souveraines, y compris nucléaires puisque Joe Biden n’hésite pas à évoquer la construction de petits réacteurs modulaires en complément des EnR pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Puisqu’il n’est pas raisonnable de « mettre tous ses œufs dans le même panier », l’Alliance CFE UNSA Énergies demande au Gouvernement français comme à la Commission Européenne de leur emboîter le pas en veillant à cet équilibre électrique et en refusant le scénario 100% EnR prôné par les tenants d’une écologie sectaire qui n’a que faire de la sécurité électrique des citoyens.

Puisque la sûreté du système électrique est la mission première de RTE, l’Alliance CFE UNSA Énergies appelle le nouveau Président de son Directoire, nommé fin juillet, à en faire sa priorité, notamment dans le cadre des travaux en cours sur la vision du système électrique à horizon 2050 et dont les conclusions seront remises par RTE au Gouvernement à la mi-2021.