Rumeurs de scission d’EDF

L’Alliance UNSA CFE Énergies se met en travers des apprentis sorciers qui veulent démanteler EDF !

Dès l’automne 2017, lorsque la presse s’était faite l’écho de scénarii élaborés par les banquiers d’affaires visant à désintégrer le groupe EDF, l’Alliance UNSA CFE Énergies avait dénoncé ces spéculations de la sphère politico-financière et réaffirmé l’intérêt pour la souveraineté énergétique du pays du modèle intégré du groupe EDF. Elle avait alors indiqué que s’il est essentiel de bâtir une régulation spécifique de la filière nucléaire française afin d’assurer le financement des investissements nécessaires à son avenir, il est inconcevable qu’il s’accompagne d’une désintégration du groupe EDF aux conséquences industrielles et sociales désastreuses.

Quelques mois après, les banquiers d’affaires n’ont pas lâché l’affaire. Le magazine Challenges, dans un article du 21 juin intitulé « L’Élysée s’apprête à ouvrir le dossier EDF » annonce ainsi que « après la réforme de la SNCF et la relance des privatisations, l’Élysée va ouvrir le chantier de la réforme d’EDF. L’APE planche sur le schéma, techniquement prêt à la rentrée, que défendait Emmanuel Macron quand il était à Bercy : une scission de l’entreprise avec une sanctuarisation du nucléaire et une cotation des énergies nouvelles et renouvelables », ajoutant que « le principal sujet sera le social, avec le transfert des personnels sous statut et la réécriture de la convention collective ».

Le même jour, Nicolas HULOT, Ministre d’État, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire a déclaré « une des raisons pour laquelle EDF se retrouve en difficulté, c’est que, notamment, la filière nucléaire, pardon de le dire, nous emmène dans une dérive ». A quelques jours de la fin du débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), cette déclaration à l’emporte-pièce laisse à penser que Nicolas HULOT a oublié que c’est bien à la demande de l’État qu’EDF a pris le contrôle de FRAMATOME et ainsi plus que contribué au sauvetage d’ARÉVA. Dans le titre de Ministre d’État, il y a pourtant bel et bien État !

Pour l’Alliance UNSA CFE Énergies, mettre en parallèle les réformes d’EDF et de la SNCF, c’est tout d’abord oublier qu’EDF est confrontée à la concurrence totale depuis plus de dix ans et qu’elle a perdu son statut d’EPIC il y a déjà bien longtemps, en 2004. C’est aussi oublier que la situation financière d’EDF est la résultante de choix de l’État aussi dévastateurs que réguliers depuis 2004 : dividendes disproportionnés, soutien à la concurrence par un AReNH générateur d’effets d’aubaine scandaleux, dette CSPE, trajectoire tarifaire ne permettant pas de couvrir les coûts… Comparaison n’est donc pas raison !

La priorité pour l’Alliance UNSA CFE Énergies, c’est de bâtir une PPE responsable où le nucléaire a toute sa place dans un mix énergétique équilibré et résilient et qui donne à la filière nucléaire la visibilité nécessaire à une industrie du temps long. C’est ensuite de bâtir les régulations du nucléaire qui permettront de sécuriser les investissements du grand carénage et demain le renouvellement du parc.

Ce sont ces messages que l’Alliance UNSA CFE Énergies vient de faire passer au Gouvernement qui, en réponse et par le conseiller énergie du Président de la République, lui a démenti tout projet gouvernemental de démantèlement d’EDF, comme le directeur de l’Agence des Participations de l’État l’a indiqué hier lors d’une interview sur BFM en déclarant que « cette option n’est pas à l’ordre du jour ». Pour autant, la ténacité des banquiers d’affaires à la recherche du « deal du siècle » nous incite à la vigilance pour pouvoir, à nouveau, nous opposer à tout projet de démantèlement du groupe EDF qui referait surface.

C’est dans cette perspective que l’Alliance UNSA CFE Énergies participera, mardi 26 juin, à une réunion de l’ensemble des fédérations syndicales de l’énergie pour envisager la suite à donner et ainsi mettre définitivement un terme à toute velléité de démantèlement du groupe EDF et in fine de fragilisation d’un service public auquel les français sont toujours autant attachés.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *