ENEDIS : santé financière pas aux bénéfices de sa politique et de ses salariés

Enedis est en panne de vision industrielle et politique mais sa santé financière est très bonne.
L’année 2017 s’est soldée par un résultat net de 786 Millions d’€ sur lesquels 659 Millions d’€ ont été prélevés en dividendes soit 84%.
En moyenne, en Europe, le taux de distribution du dividende représente 40 % du bénéfice (source : Les Echos). Pour Enedis c’est donc le double !

Une prescription drastique pour les salariés : austérité salariale et baisse des effectifs malgré les efforts demandés !

Or, Enedis a largement les moyens financiers de répondre aux revendications des salariés :

  • Sur les cinq dernières années, Enedis a versé en moyenne 500 M€ de dividendes annuels.
  • EDF a un taux de distribution en dividende du résultat net de 50%. ce qui signifie que la moitié des dividendes d’Enedis ne sont même pas utilisés par le groupe EDF.
  • Enedis a placé 3 milliards d’euros de trésorerie au sein du groupe EDF, et depuis 2016 ce placement n’est plus rémunéré.
  • Enedis n’a aucune dette.

Dès 2013 la Cour des Comptes indiquait : « le taux de versement de dividendes apparaît élevé.»
Début 2017, la CRE écrivait : « La politique de dividende décidée par l’actionnaire ne saurait constituer un frein à la réalisation par Enedis des investissements nécessaires.»

L’alliance UNSA CFE Energies est la seule organisation syndicale à s’être battue sur le niveau du TURPE 5 en allant devant le Conseil d’Etat. Cette action juridique n’avait pas pour but de permettre un meilleur dividende mais de constituer des marges de manœuvres pour les emplois, les salaires, les investissements, et un meilleur service public.
L’alliance UNSA CFE Energies défend un partage équitable du bénéfice entre dividendes, investissements et rémunération des salariés.

La politique actuelle implique de nombreux coûts cachés : démotivation des « survivants », destruction des réseaux informels, diminution de la capacité d’innovation… Dans la plupart des cas, cela annihile les économies générées par les suppressions d’emplois.

Aujourd’hui, pour l’alliance UNSA CFE Energies, la politique de dividende décidée par Enedis est dangereuse et doit être corrigée au profit de l’entreprise et de ses salariés !

L’alliance UNSA CFE Energies s’oppose aux actions menées avec violence sur les biens et les personnes.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *